Dimitri

il_570xN.659593006_ll58

Rien n’est jamais fini, il suffit d’un peu de bonheur pour que tout recommence.

Julia regarda le tatouage sur son poignet et se demanda pour quand était son bonheur…

Son téléphone vibra et elle sut que ce ne serait pas pour ce soir… ou quoi que…

Elle enfila un à un ses escarpins à talon vertigineux, lissa ses bas résilles, vérifia les attaches de son porte-jarretelle, se regarda une dernière fois dans le miroir et mit son imperméable. Elle le referma consciencieusement, mais laissa délibérément le dernier bouton ouvert afin que son rendez-vous ait au premier coup d’œil une vue plongeante sur son décolleté. Elle prit son sac à main, claqua la porte de son petit studio et foula la moquette rouge du couloir de son immeuble d’une démarche assurée. Elle savait l’effet qu’elle avait sur les hommes et elle en avait même fait un passe temps aussi lucratif qu’agréable. Julia aimait cette double vie qu’elle menait. Le jour, jeune étudiante modèle, elle étudiait la chimie avec sérieux, par contre la nuit, Julia se transformait. Elle troquait ses vieilles Converses usées pour des escarpins aux talons aiguilles, ses jeans informes pour des bas sculptant ses jambes interminables, ses chignons qui n’en avait que le nom pour une crinière qui avait tendance à rendre fou les hommes. Et ce soir ne dérogeait pas à cette règle. Elle avait rendez-vous avec Dimitri aussi énigmatique que beau. Il avait pris l’habitude de contacter Julia lorsqu’il était de passage à New York.

Elle monta dans l’ascenseur, passa son index sur ses lèvres peinte de rouge et frissonna à l’idée de ce qui l’attendait cette nuit. Elle avait déjà passait des nuits avec lui et elle savait qu’il fallait toujours s’attendre à des surprises, car avec Dimitri on ne savait jamais comment cela allait se finir et Julia devait bien avouer qu’elle aimait ça.

Elle sortit de l’immeuble et avisa le chauffeur qui l’attendait à côté d’une berline noire. Elle le salua rapidement et se faufila à l’intérieur. Il claqua la porte et un léger sourire s’insinua sur son visage quand la voiture démarra.

Julia descendit de la voiture et sourit satisfaite quand elle surprit le regard caressant du chauffeur sur ses jambes simplement vêtues de bas. Elle passa doucement sa langue sur ses lèvres rouges puis les mordit violemment. La mâchoire carrée du chauffeur se contracta et une douce chaleur se répandit entre les cuisses de Julia.

Elle avait envie de jouer ce soir et Dimitri allait être le partenaire idéal…

Elle traversa le hall de l’immeuble sans prêter attention aux regards qui se posaient sur elle. Les hommes la désiraient et les femmes l’enviaient, c’était un fait établi.

Quoique… parfois les femmes aussi la désiraient et cela n’était pas pour lui déplaire. Julia était gourmande et aimait croquer le plaisir à pleines dents.

Elle le savait une femme pouvait faire vibrer son corps comme jamais…

Un homme l’attendait déjà devant l’ascenseur pour la conduire à son amant. L’attente ne faisait qu’aiguiser son désir. L’ascenseur s’ouvrit sur l’appartement chic et moderne de Dimitri. L’homme resta dans la cabine tandis que Julia en sortit. Les portes d’inox se refermèrent, le moment était venu de le retrouver.

Elle traversa le grand salon, se dirigea vers la cuisine d’où il émanait une douce symphonie classique mais envoutante. Elle poussa la porte et le vit, torse nu, simplement vêtu d’un bas de pyjama. Le temps suspendit son cours. Julia était hypnotisée par le mouvement souple de ses muscles alors qu’il découpait des dés de légumes.

– Je t’attendais, dit-il en versant les légumes dans une casserole d’eau frémissante.

En réponse Julia défit son imperméable et le posa sur le dossier d’une chaise.

Dimitri tourna vers elle son regard gris acier et sembla satisfait de la vue toute en dentelle noir qu’elle lui offrait.

– J’oublie toujours à quel point tu es bandante.

Julia ne dit rien. Elle n’était pas là pour faire la conversation et ce n’est pas ce qu’il attendait d’elle.

– Retire ton soutien-gorge, lui ordonna-t-il.

Elle passa les mains dans son dos, dégrafa l’attache et fit glisser le morceau de dentelle transparente. Elle le posa avec son imperméable et attendit les seins pointant vers lui comme une invitation à les baiser.

– Pose tes mains à plat sur le plan de travail.

Julia s’exécuta docilement  avec un léger sourire.

Il s’approcha d’elle, passa doucement son index sur son dos nu, puis ses fesses qu’il attrapa et tira violemment vers lui. Il fit coulisser son érection entre la raie de se fesses. Julia ferma les yeux se sentant déjà submerger et se cambra lorsque les mains expertes de Dimitri se mirent à explorer son ventre et glissèrent sous sa culotte.

– Tu es déjà toute mouillée et je ne t’ai à peine touché, souffla-t-il en collant son dos contre le sien.

En réponse Julia émit un gémissement qui se transforma en un cri de plaisir lorsqu’il inséra un doigt dans sa fente humide et le retira brusquement.

– Arrêtes de te tortiller, lance-t-il en la plaquant durement sur le plan de travail.

Ses seins s’écrasèrent sur le marbre froid. Elle sentit encore un doigt s’introduire sous le fin tissu en dentelle de sa culotte et l’arracher d’un geste sûr. Il se pencha sur elle, le contact de sa peau chaude vint réchauffer son dos, augmentant le contraste avec la pierre froide. Ses seins frottaient contre la surface fraîche au rythme de sa respiration saccadée, et ses mamelons durcis devenaient douloureux, rendant l’attente insupportable. Tous ses sens étaient en éveil. Malgré ses nombreuses expériences, jamais Julia n’avait ressenti pareille excitation. Ses lèvres trempées de désir étaient prêtes à accueillir son amant. Elle sentait son membre qui tendait vers ses fesses, cherchant à se frayer un chemin à travers l’étoffe de son pantalon.

Brusquement, il n’y eut plus aucun obstacle entre eux.

– Tu veux que je te baise ?

Il l’attira brutalement contre son bassin. Elle poussa un gémissement avide.

– Dis-le.

– Oui.

– Oui quoi ?

– Oui, je veux que tu me baises !

Ses jambes tremblaient. Il plaça les mains sur les siennes, et en un mouvement, son sexe dur et chaud coulissa de toute sa longueur le long de sa fente. Elle poussa un cri étranglé. Il était si gros, si long, si dur… Mais elle en voulait plus, tellement plus. Il se redressa, se retira et, avec lenteur, se fraya un passage un peu plus loin dans son intimité brûlante. Il la maîtrisait par ce simple contact qui lui paraissait sans fin ; elle était sa captive, sa proie.

Tout à coup, il la pénétra totalement, d’une seule poussée puissante. Il l’emplit tellement qu’elle eut l’impression qu’il la déchirait de l’intérieur. Il s’immobilisa un instant, puis se mit à aller à venir rapidement en elle. Elle laissa échapper un cri de plaisir. Elle le laissait la posséder comme jamais personne avant lui.

Les mains puissantes de son amant vinrent enserrer ses hanches, tous ses muscles étaient tendus à l’extrême et il jouit, se déversant en elle en soufflant son nom.

Julia avait le souffle saccadée, elle devait se reprendre, ne pas montrer à Dimitri qu’à chaque nouvelle fois avec lui elle était de plus en plus perdue. Car elle le savait avec lui c’était différent. Elle aimait la façon dont il la touchait, de la baiser comme-ci c’était la dernière fois…

Une sonnerie l’interrompit dans ses pensées. Son amant se détacha d’elle et éteignit le gaz sous la casserole.

– J’espère que tu as faim, lui dit-il avec un sourire désarmant.

Julia ne put que sourire à son tour en voyant cet homme nu incroyablement beau s’affairer en cuisine avec comme seul attribut un préservatif pendouillant au bout de son sexe.

Julia devait reconnaître que Dimitri était différent et que c’est ça qu’elle aimait… et la terrifiait…

La suite très bientôt…

N’hésitez pas à vous abonner au blog pour rien manquer des aventures de Julia 🙂

Tous droits réservés, y compris le droit de reproduction de tout ou partie de cette oeuvre, sous quelque forme que ce soit.

Publicités

3 réflexions sur “Dimitri

  1. J’adore! Et pendant ma lecture j’étais en train de m’imaginer Jerry lire la nouvelle de Lola pendant son enquête, et à quel point sa le rendait fou…. 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s